Microsoft leads Big Tech on a crucial issue: water scarcity

Microsoft leads Big Tech on a crucial issue: water scarcity

Alors que les grands opérateurs de centres de données sont aux prises avec des risques croissants de pénurie d’eau, une entreprise se démarque : Microsoft (MSFT)

La société basée à Redmond, Washington a surpassé ses pairs technologiques en matière de gestion de l’utilisation de l’eau – et des risques associés à la rareté de l’eau – selon une nouvelle analyse de Morningstar Sustainalytics, une société de recherche et de données qui se concentre sur l’environnement, la société et la gouvernance . (ESG). Le géant de la technologie n’était que l’une des 122 entreprises évaluées dans les secteurs de la technologie et des télécommunications qui ont reçu les meilleures notes.

Bien que Microsoft se démarque dans le secteur de la technologie, la barre a été placée assez bas. Parmi les quelques entreprises dotées de programmes de gestion de l’eau, 61 % étaient considérées comme ayant un programme faible, 33 % avaient un programme adéquat et seulement 5 % avaient un programme solide.

Microsoft s’est engagé à être positif pour l’eau d’ici 2030, ce qui signifie que l’entreprise a promis de reconstituer plus d’eau qu’elle n’en consomme. Comment? Devenir plus efficace dans l’utilisation de l’eau et compenser la consommation d’eau grâce à des projets de conservation.

Selon son rapport annuel sur le développement durable, Microsoft a utilisé 4 477 865 mètres cubes d’eau, soit l’équivalent de plus d’un milliard de gallons, au cours de son exercice 2021 dans toutes ses opérations. Cette même année, l’entreprise a remplacé 2 020 747 mètres cubes, soit 45 % de l’eau consommée.

“Une partie de ce qu’ils font est qu’ils intègrent les risques liés à l’eau dans leurs évaluations régulières des risques et leur stratégie commerciale, ce que nous n’avons pas beaucoup vu dans notre analyse”, a déclaré Erin Johnson, analyste de recherche ESG chez Morningstar Sustainalytics. a déclaré à Yahoo Finance: “Ils investissent massivement dans des initiatives et des technologies d’efficacité et de réduction de l’eau. Nous constatons que cela se traduit par une … diminution de l’intensité de l’eau.”

Vue aérienne du centre de données Apple à Mesa près de Phoenix, Arizona, États-Unis, le 6 août 2017. Photo prise le 6 août 2017. REUTERS/Jim Todd

Fermeture des centres de données Microsoft

De nombreuses initiatives de Microsoft se concentrent sur la façon dont l’entreprise gère environ 200 centres de données dans 34 pays.

Les centres de données sont notoirement assoiffés et nécessitent des quantités importantes d’eau pour refroidir les ordinateurs qui prennent en charge les activités gourmandes en données, du télétravail au streaming. Même lorsqu’ils ne sont pas directement refroidis à l’eau, les entrepôts consomment souvent de l’eau indirectement par la production d’électricité, qui alimente ces bâtiments et systèmes de climatisation.

Microsoft utilise des innovations telles que son Smart Water Navigator, une plate-forme qui surveille et évalue l’utilisation et la qualité de l’eau, car l’entreprise s’appuie davantage sur l’eau recyclée.

La société a également expérimenté l’augmentation des températures dans ses centres de données, en mettant en œuvre le refroidissement adiabatique, un processus qui utilise l’air extérieur pour refroidir les centres de données lorsque les températures descendent en dessous de 85 degrés. Dans son centre de données en Arizona, qui a ouvert ses portes en 2020, Microsoft a déclaré qu’il n’utilisait pas d’eau pendant plus de la moitié de l’année.

Les centres de données virtuels comme celui-ci exploité par Microsoft permettent le cloud computing et l'économie numérique.  (Image : Microsoft)

Les centres de données virtuels comme celui-ci exploité par Microsoft permettent le cloud computing et l’économie numérique. (Image : Microsoft)

De plus, Microsoft a investi dans 21 projets de conservation de l’eau dans neuf bassins versants, dont le bassin de la rivière Verde en Arizona et le bassin de la rivière Columbia à Washington. (La société a révélé que 11 % à 25 % de ses prélèvements d’eau se font dans des zones où l’eau est rare.)

Alors que Microsoft, avec Google et Meta, vise à augmenter les initiatives d’économie d’eau, Kata Molnar, experte en eau chez Morningstar Sustainalytics, a déclaré que les entreprises devraient concentrer leurs efforts sur les domaines où elles opèrent en premier.

“Conservation ou reconstitution, ce sont de bonnes stratégies, qui valent vraiment la peine d’être suivies, surveillées et évaluées pour les entreprises en tant que pratique de gestion”, a déclaré Molnar à Yahoo Finance. Il a ajouté: “Vous devez enquêter pour savoir si ces actions se sont produites dans les bassins où l’entreprise a une présence et une influence réelles.”

L'eau de puits s'écoule des pompes dans un canal qui sera utilisé pour irriguer un vignoble géré par Charlie Hamilton, le lundi 25 juillet 2022. Hamilton irrigue avec de l'eau de puits car l'eau de la rivière Sacramento est devenue trop salée pour l'utiliser sur vos raisins.  (AP Photo/Rich Pedroncelli)

L’eau du puits s’écoule des pompes dans un canal qui sera utilisé pour irriguer un vignoble géré par Charlie Hamilton, le lundi 25 juillet 2022. (AP Photo/Rich Pedroncelli)

“L’eau c’est les dents”

Alors que Microsoft semble prendre l’initiative de lutter contre l’utilisation de l’eau, les entreprises de technologie et de télécommunications en général ne sont pas préparées aux pénuries d’eau.

Le rapport Sustainalytics a révélé que seulement 16 % des entreprises mesurées dans des secteurs tels que les logiciels d’entreprise et d’infrastructure, le traitement des données et les services de télécommunications avaient divulgué des programmes de gestion des risques liés à l’eau.

Sociétés d'exploitation de centres de données qui déclarent avoir un programme de gestion des risques liés à l'eau.  (Morningstar Sustainalytics)

Sociétés d’exploitation de centres de données qui déclarent avoir un programme de gestion des risques liés à l’eau. (Morningstar Sustainalytics)

Les analystes ont également noté une lacune dans les entreprises déclarant des données sur leur utilisation de l’eau, 84 % des entreprises manquant d’informations sur le prélèvement et la consommation d’eau.

Cela est susceptible de changer à l’avenir. “Personnellement, je pense que les entreprises ne pourront pas éviter d’avoir à mettre en œuvre ces pratiques de gestion”, a déclaré Molnar. « Il y a un dicton : si le changement climatique est un requin, l’eau est la dent. Il est donc difficile de ne pas voir ces impacts et ces impacts causés par le changement climatique. Et ce n’est pas seulement une crise climatique mais aussi une crise de gestion.”

Malgré le faible nombre d’entreprises disposant de programmes de gestion de l’eau, près des deux tiers (64 %) des entreprises disposaient de programmes de gestion des risques climatiques physiques, ce qui suggère que les entreprises anticipent les risques climatiques mais n’ont pas encore intégré les considérations relatives aux risques liés à l’eau dans leurs décisions stratégiques. fabrication.

Les secteurs des services publics, des matériaux et de l'industrie ont la plus forte intensité d'eau, avec des activités telles que la production d'électricité et la sidérurgie consommant de grandes quantités d'eau.  (Morningstar Sustainalytics)

Les secteurs des services publics, des matériaux et de l’industrie ont la plus forte intensité d’eau, avec des activités telles que la production d’électricité et la sidérurgie consommant de grandes quantités d’eau. (Morningstar Sustainalytics)

Cela pourrait être un angle mort pour les entreprises qui pourraient de plus en plus devoir faire face à des défis liés à l’eau, notamment des dommages physiques, des perturbations opérationnelles, une surveillance réglementaire accrue et des atteintes à la réputation.

Pour sa part, Microsoft maintient que ses problèmes liés à l’eau sont intégrés dans la stratégie à long terme de l’entreprise et dans le système d’évaluation des risques à l’échelle de l’entreprise. Dans un questionnaire de divulgation, le géant de la technologie a affirmé que son utilisation directe de l’eau douce était « vitale » et que son utilisation indirecte de l’eau à travers sa chaîne d’approvisionnement était « importante » pour le succès de l’entreprise.

“C’est une ressource partagée”, a déclaré Molnar. “Ce dont nous avons besoin, c’est d’une approche multipartite. Ce ne sont donc pas seulement les entreprises dont nous avons besoin pour voir une meilleure gestion de la ressource, mais aussi comprendre que, par exemple, la gestion de l’eau doit aller au-delà des frontières de l’entreprise.

Grace est rédactrice adjointe pour Yahoo Finance.

Lisez les dernières nouvelles sur la crise climatique de Yahoo Finance

Cliquez ici pour voir les dernières tendances du cours des actions de la plateforme Yahoo Finance

Lisez les dernières actualités financières et commerciales de Yahoo Finance

Téléchargez l’application Yahoo Finance pour Pomme Soit Android

Suivez Yahoo Finance sur Twitter, Facebook, Instagram, tableau à feuilles mobiles, LinkedInOui Youtube

Leave a Comment

Your email address will not be published.